Allier solidaire

La solidarité est la première des compétences du Conseil Départemental.

À chaque instant de la vie, la collectivité accompagne les Bourbonnais. Cela est vrai dans les moments heureux, lorsque l’enfant paraît, lors d’une adoption… Mais aussi dans les instants plus difficiles pour faire face aux accidents de la vie ou encore à la perte d’autonomie des personnes âgées.

Tous les ans, plus de 60 % du budget départemental répond directement aux besoins des habitants de l’Allier.

Le Département souhaite engager un travail de fond pour réorganiser ses interventions. Il s’agit de maintenir ou de développer la qualité de service, en réduisant les coûts, les contraintes budgétaires n’ayant jamais été aussi fortes.

Chef de file de cette nouvelle organisation, le Conseil Départemental tient à veiller à une offre de service équilibrée dans l’ensemble du territoire.

Allier solidaire - Protection de l'enfance

Allier solidaire - Personnes handicapées

Allier solidaire - Personnes handicapées

Allier solidaire - Petite enfance

Allier solidaire - Insertion sociale et professionnelle

Allier solidaire - Insertion sociale et professionnelle

Allier solidaire - Personnes âgées

Allier solidaire - Personnes âgées

Plusieurs thématiques émergent :

  • Personnes âgées : mettre en oeuvre la loi d’adaptation de la société au vieillissement (Apa…) ; exercer de nouvelles compétences en veillant aux compensations financières de l’État ; développer l’aide aux aidants.
  • Personnes handicapées : mettre l’accent sur les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens avec les structures ; stabiliser l’organisation et le financement de la MDPH
  • Petite enfance : renforcer l’action de la protection maternelle et infantile, en développant les accompagnements précoces et le soutien à la parentalité.
  • Protection de l’enfance : mettre en oeuvre la nouvelle loi et repenser l’ensemble des missions du Conseil Départemental afin de réduire le nombre d’enfants confiés au Département.
  • Insertion sociale et professionnelle : améliorer l’adéquation entre l’offre d’insertion et les besoins des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) et des minima sociaux ; rationaliser et mutualiser les petites structures d’insertion ; renforcer la logique de droits et devoirs vis-à-vis des bénéficiaires du RSA.
  • Pour la transversalité, poursuivre les actions de coordination et de coopération entre tous les acteurs du secteur (professionnels, monde associatif…).