Bien choisir et financer son installation

Bien choisir et financer son installation

Le choix d’un assainissement vous engage pour au moins 20 ans. Il convient donc de bien prendre en compte le contexte du projet et d’en faire une bonne analyse technique et économique. Attention : le SPANC valide votre projet et ne pas donc pas en être le concepteur !

Analyse du contexte

La taille de l'habitation : Le dimensionnement des installations d'ANC est basé sur le nombre de pièces principales d'une maison. Si des travaux d'agrandissement ou des modifications sont prévus, il convient d'en tenir compte en amont. Il faut prendre aussi en considération une éventuelle vente de la maison. Si l'assainissement est sous dimensionné, cela va impacter le prix de vente à la baisse. Ces éléments permettent de choisir la bonne installation.

  • Combien ai-je de pièces principales dans mon habitation à court terme ?

L'occupation de mon habitation : L’installation d’ANC sera différente entre une maison habitée à l’année et une résidence secondaire. Contrairement aux installations traditionnelles, certains dispositifs agréés ne sont pas adaptés à des habitations secondaires. Cette notion caractérise “l’intermittence” que l’on retrouve dans l’avis d’agrément de chaque dispositif agréé.

  • Mon habitation est-elle occupée de façon permanente ?

Contraintes de la parcelle : une nappe phréatique proche de la surface du sol, la présence de roche mère, une parcelle en zone inondable, une pente nulle ou excessive, des limitations d'accès pour les véhicules de terrassement, un puits déclaré pour la consommation humaine,... sont autant de critères amenant des restrictions dans le choix du dispositif. Pour les installation agréées, l'avis d'agrément des dispositifs précise si l'installation peut se faire en présence de nappe, en zone inondable...

  • Y a-t-il des contraintes particulières sur mon terrain ?

Le niveau de sortie des eaux usées : La profondeur de la canalisation de sortie des eaux usées varie d'une habitation à l'autre. Ce niveau de sortie peut conditionner le dispositif mis en place, voire imposer le recours à un poste de relevage des eaux générant des coûts d'entretien et de fonctionnement.

  • Quel est le niveau de sortie de mes eaux usées ?

La position des réseaux : Surtout en réhabilitation, les canalisations d’évacuation peuvent se trouver sur tout le pourtour de l’habitation. Ces eaux doivent être réunies en un point pour être dirigées vers le système de traitement, ce qui peut engendrer des travaux plus ou moins importants surtout quand elles croisent d’autres réseaux (eau pluviale, électricité, gaz…).

  • Où se situent mes canalisations ?

Contraintes du sol : Il ne faut pas hésiter à s'attacher les services d'un bureau d'études afin d'être conseillé sur l'aptitude du sol à l'assainissement quand le projet parait complexe.

  • Les caractéristiques du sol sont-elles adaptées pour traiter ou infiltrer les eaux ?

Installations d'assainissement non collectif

Présence d’une nappe d’eau à faible profondeur, chantier de réalisation d’un tertre d’infiltration

Manque de place : installation d'une filière agréée

Filtre à sable drainé quand le sol est impropre au traitement et à l'infiltration

Analyse économique

Quelle que soit la technique utilisée, tous les systèmes nécessitent une maintenance dont le coût peut être très variable. Les éléments relatifs à la détermination des coûts d'investissement et de fonctionnement pris en compte dans le tableau téléchargeable ci-contre sont tous disponibles dans le guide d'utilisation :

  • Les systèmes non équipés de moteur ou de pompes ou autres auront une consommation électrique nulle. Bon à savoir : Les systèmes sans électricité sont éligibles au prêt à taux zéro (PTZ).
  • Certains systèmes laissent la possibilité à l'usager d'assurer lui-même l'entretien et la maintenance. Ainsi, les coûts liés aux contrats d'entretien ou de maintenance seront nuls.
  • Tous les systèmes produisent des boues et chaque guide d'utilisation précise la fréquence de vidange en mois. Le prix moyen d'une vidange négociée, réalisée par un vidangeur agréé, dans le département de l'Allier se situe entre 250€ TTC et 350€ TTC.

Pour effectuer le bon choix, il est important de raisonner en coût global sur 15 ans. Certaines filières à faible prix d'achat peuvent avoir des coûts d'exploitations qui annulent les économies faites au départ. Pour vous aider à choisir, consultez notre formulaire ICI.