> Champs de bataille
Actualités

Champs de bataille

Actualité

Publié le 02/11/2018

L'exposition Champs de bataille est le fruit du travail pictural de Didier Lutz, plasticien. A Verdun, la terre, le sol peuvent être mémoire. Découvrez l'exposition du 7 au 30 novembre à l'Hôtel du Département.

Verdun, champ de bataille

Didier Luz témoigne : "Mon grand-père paternel a fait Verdun, il y a perdu ses deux yeux mais gagné la Légion d’Honneur, les aléas de la vie ont fait que je n’en ai pas hérité. Mon grand-père ne m’a jamais parlé de ces sombres années. Je suis allé à Verdun en 2016, longtemps après, là aussi les aléas de la vie, j’aurai dû y aller bien avant. Verdun c’est un champ de bataille à tout jamais, l’histoire a transformé ces quelques km², l’histoire est gravée dans ces quelques km²."

3 séries thématiques

L’exposition comportera 3 séries :
Les Sols, Les Horizons, les Mots.

Le travail fait plonger les visiteurs dans des univers désertés, traités aux limites de l'abstraction, dans des mécaniques, qui entraînent le spectateur au coeur de la matière dense et rugueuse. Matière détruite, métamorphosée, séchée, broyée, oxydée. Le temps qui passe fait partie de l'oeuvre.

Paysages désolés qui gardent la cicatrice, la signature de la catastrophe, tous les champs de bataille finissent hélas par se ressembler. Là, peut-être, une multitude de traits noirs évoquent des arbres calcinés ou les chevaux de frises ? Là, la boue des champs est parsemée de taches légères, du sang ? Encore ici des sillons enneigés tracent des plaies profondes ou est-ce l’inverse ?

C’est un système à la fois clos et ouvert, chacun fait ensuite sa lecture.

Didier Lutz utilise des outils primitifs comme un bout de carton, un chiffon, un vieux pinceau… un pinceau de soie est fait pour une peinture de salon ! "L’outil n’est jamais innocent. La lame qui racle, le bâton qui frappe, le clou qui gratte attaquent la surface. Je prends ce que je trouve."