RCEA : en route vers l'emploi

Thématique : Actualité

Publié le 08 janvier 2021

La transformation de la RCEA crée de nombreux emplois. Afin de faciliter les démarches de recrutement, le Département et l'Etat ont signé une charte de coopération.

La RCEA est en pleine transformation : elle devient l’autoroute A79. Un chantier titanesque ayant pour but l'aménagement d'une 2x2 voies et la mise aux normes autoroutières de 92km de route dans l'Allier. Ces travaux nécessitent de la main d'œuvre, le Département et l'Etat on signé une charte pour faciliter les démarches de recrutement.

Un retour à l'emploi

Le titulaire du marché, Eiffage, a proposé 10 % de clause d’insertion soit bien au-delà du minimum légal. Les heures d’insertion prévues représentent 190.000 heures et 120 équivalents temps plein pendant la durée des travaux.

Le Département a voulu s’assurer qu’un maximum de bénéficiaires du RSA puissent en profiter même s’il ne s’agit pas du public cible exclusif. En effet au-delà des bénéficiaires du RSA nous trouvons les publics bénéficiaires des autres minima sociaux, les jeunes de moins de 26 ans sans qualification (niveau inférieur au BEP/CAP), les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi depuis plus de 12 mois, les personnes en situation de handicap. Un seul acteur gère les recrutements et les formations de la main d'œuvre locale : Pôle emploi. Lorsque la mission est terminée, le Conseil départemental suit les personnes éligibles à l'insertion.

Au plus fort de l'activité, le chantier emploiera 1200 personnes. Actuellement 750 personnes sont embauchées, dont une centaine en CDI. 60 % des employés sont originaires de l'Allier et de la Nièvre. 130 contrats d'insertion ont été signés pour le moment, 85 % localement.

Qu'est-ce qu'une clause d'insertion ?

Dans une commande publique, l'insertion d'une clause d’insertion est un levier pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle des personnes en insertion et créer de l’offre d’emploi en leur faveur. Cette clause concerne tous les secteurs : le bâtiment, les travaux publics, l’environnement, les espaces verts, les prestations intellectuelles…
Elle repose sur la volonté du maitre d’ouvrage de réserver un nombre d’heures de travail à des publics en insertion, au minimum 5 % du nombre total nécessaire à la réalisation des prestations et une obligation de l’entreprise à respecter ce volume d’heures.
Pour un fonctionnement efficace du dispositif au sein d’une structure, il doit être accompagné auprès des différents interlocuteurs. Au Conseil départemental de l’Allier, une chargée de mission clause d’insertion et médiation entreprise est en poste depuis novembre 2016 au sein de la Direction Insertion Emploi Logement.