La Côte Saint-Amand

La Côte Saint-Amand fait partie des 40 sites représentatifs des milieux naturels bourbonnais identifiés.
Communes : Le Vernet, Abrest

Accouplement Azurés-CEN

Balade nature (1)SE

Adonis d'automne-CEN

Panorama Hurlevents- CEN

Côte Saint-Amand CEN 2

Ophrys mouche-CEN

Pelouse sèche sommitale CEN

Roselière flanc de colline CEN

PâturageSE

Colline périurbaine embroussaillée-CEN

06 07 2013 SE

Panorama des Hurlevents

Du sommet de la Côte Saint-Amand, le plateau du Vernet domine la ville d’Abrest et les méandres du Val d’Allier. Depuis le panorama, baptisé les Hurlevents en raison des vents qui le balayent régulièrement, une magnifique vue se dégage sur la plaine, jusqu’aux lignes de crêtes de la Montagne Bourbonnaise, des Monts du Forez et de la Chaîne des Volcans.

Colline calcicole issue de la longue sédimentation d’un ancien lac tropical datant de plus de 20 millions d’années, le site est occupé par des pelouses sèches thermophiles bien exposées où se développe une végétation riche et originale.

Une flore exceptionnelle

9 sortes d'orchidées

Voir l'image en grandParmi les 321 espèces répertoriées, 9 sortes d’orchidées se démarquent par leurs formes et leurs colorations uniques, imitant ou attirant de multiples invertébrés pollinisateurs. Si l’Orchis pyramidal et l’Ophrys mouche comptent parmi les plus spectaculaires et les plus intéressantes, la palme revient à n’en pas douter à l’Epipactis du Rhône, dont le seul patronyme évoque bien l’extrême rareté. Seuls cinq stations connues en Auvergne abritent en effet cette plante inféodée aux boisements frais sur calcaire. La parenté de la forme présente en pied de coteau, où s’épanchent des sources et un petit ruisseau tuffeux bordé de spectaculaires Prêles géantes, devra toutefois être vérifiée par des spécialistes.

On trouve également des espèces au parfum de méditerranée, telles que le Baguenaudier, arbuste typique des versants secs et ensoleillés. Certaines cultures céréalières extensives accueillent enfin des plantes messicoles devenues rares, comme l’Adonis d’automne.

Cette mosaïque végétale attire évidemment une faune variée, dont de nombreux papillons et des oiseaux plus fréquents au sud de la région, comme le Torcol fourmilier et la Pie-grièche à tête rousse.

Un environnement menacé

Le coteau est toutefois en proie à une vive dynamique d’enfrichement, qui menace à court terme le caractère prestigieux de sa faune, de sa flore et de ses paysages, dont l’attrait touristique périurbain est indéniable.
La politique ENS devra donc en urgence permettre la remise en place d’actions de restauration et d’entretien de la végétation originelle.

Situer

Légende :

En rouge : les limites de l'ENS